L'écran d'édition a besoin d'au moins 450 pixels en horizontal. Veuillez faire tourner votre écran ou utiliser un écran plus grand.

ܡܰܕܪܰܫܬܐ
ܡܰܕܪܰܫܬܐ
ܐܝ ܡܰܕܪܰܫܬܐ ܕܘܟܬ݂ܐ ܕܘ ܝܘܠܦܳܢܐ ܝܐ.
ܟܝܒܶܗ ܚܰܐ ܝܳܠܰܦ ܘܡܳܠܰܦ ܐܶܒܰܗ.
ܡܶܩܷܡ ܕܗܳܘܶܐ ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܡܰܠܦܳܢܐ ܒܡܰܕܪܰܫܬܐ ܗܳܠܰܢܕܰܝܬܐ، ܡܫܰܪܶܠܶܗ ܕܝܳܠܰܦ ܠܝܫܳܢܐ ܗܳܠܰܢܕܳܝܐ.
ܐܰܙܙܶܗ ܠܕܰܘܪܐ ܕܘ ܠܝܫܳܢܐ ܘܒܥܰܝܢܝ ܙܰܒܢܐ ܝܰܠܷܦ ܥܰܠ ܐܘ ܫܒܝܠܐ ܕܘ ܝܘܠܦܳܢܐ ܒܗܳܠܰܢܕܰܐ.
ܗܰܘܟ݂ܰܐ ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܡܚܰܕ݂ܰܪܠܶܗ ܪܘܚܶܗ ܠܘ ܥܘܳܕܐ.
Madrašto L’école
I madrašto dukṯo du yulfono yo. L’école est un lieu d’apprentissage.
Kibe ḥa yolaf w molaf eba. On peut y apprendre et y enseigner.
Meqëm d howe u Aday malfono b madrašto Holandayto, mšarele d yolaf lišono Holandoyo. Avant qu’Aday ne devienne enseignant dans une école hollandaise, il a commencé à apprendre le néerlandais.
Azze l dawro du lišono w b cayni zabno yalëf cal u šbilo du yulfono b Holanda. Il a suivi un cours de langue et en même temps, il a appris la pédagogie aux Pays-Bas.
Hawxa u Aday mḥaḏarle ruḥe lu cwodo. Ainsi Aday s’est préparé au travail.
ܡܰܠܦܳܢܐ ܐܰܕܰܝ
ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܡܟܰܡܶܠܶܗ ܐܘ ܕܰܘܪܐ ܫܰܪܘܳܝܐ ܕܘ ܠܝܫܳܢܐ ܗܳܠܰܢܕܳܝܐ ܡܶܩܷܡ ܕܥܳܘܰܕ.
ܒܘ ܕܰܘܪܰܢܐ ܝܰܠܷܦ ܐܰܝܕܰܪܒܐ ܡܰܘܕ݂ܰܥ ܪܘܚܶܗ ܘܐܰܝܕܰܪܒܐ ܐܳܒܶܐ ܘܫܳܩܰܠ ܥܰܡ ܐܰܢ ܢܳܫܶܐ.
ܝܰܠܷܦ ܣܬܶܐ ܓ݂ܰܠܰܒܶܐ ܟ݂ܰܒܪܶܐ ܕܝ ܡܰܕܪܰܫܬܐ ܟ̣ܘܕ: ܩܰܢܝܐ، ܕܰܦܬܰܪ، ܟܬ݂ܳܘܐ، ܠܘܚܐ، ܠܰܚܰܝܬܐ، ܡܰܠܦܳܢܐ، ܣܷܕܪܐ، ܫ̰ܰܢܛܰܐ، ܛܷܒܠܝܬ݂ܐ، ܩܪܰܝܬܐ، ܟܬ݂ܰܘܬܐ، ܗܷܪܓܐ، ܕܘܪܳܫܐ ܘܓ݂ܶܪ.
ܒܷܬ݂ܷܪ ܡܶܐ ܕܩܰܕܷܪ ܡܰܟ݂ܠܰܨ ܪܘܚܶܗ ܒܘ ܠܝܫܳܢܐ ܗܳܠܰܢܕܳܝܐ، ܡܫܰܪܶܠܶܗ ܕܟܳܪܰܟ݂ ܥܰܠ ܥܘܳܕܐ ܕܝ ܡܰܠܦܳܢܘܬ݂ܐ.
ܐܘܥܕܐ ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܡܰܠܦܳܢܐ ܝܐ. ܟܳܡܳܠܰܦ ܣܘܪܰܝܬ ܒܡܰܕܪܰܫܬܐ ܗܳܠܰܢܕܰܝܬܐ. ܟܷܬܠܶܗ ܝܳܠܘܦܶܐ ܗܳܠܰܢܕܳܝܶܐ ܘܣܘܪܝܳܝܶܐ.
ܥܰܡ ܐܘ ܙܰܒܢܐ ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܟܳܡܰܩܘܶܐ ܐܘ ܠܝܫܳܢܰܝܕ݂ܶܗ ܐܘ ܗܳܠܰܢܕܳܝܐ، ܦܪܷܫܠܶܗ ܒܝ ܫܰܒܬ݂ܐ ܝܰܘܡܐ ܕܝܠܳܢܳܝܐ ܠܘ ܝܠܳܦܐ ܕܘ ܠܝܫܳܢܐ ܗܳܠܰܢܕܳܝܐ.
ܓ݂ܰܠܰܒܶܐ ܟܳܪܶܐ ܒܘ ܙܰܒܢܐ ܕܘ ܗܷܪܓܐ ܟܳܘܶܐ ܡܰܡܠܐ ܒܰܝܢ ܕܰܝ ܝܳܠܘܦܶܐ ܘܕܘ ܡܰܠܦܳܢܐ.
ܟܰܪܝܢ ܚܕ݂ܐ ܡܰܝ ܝܳܠܘܦܶܐ ܗܳܠܰܢܕܳܝܶܐ ܝܐ.
ܟܳܡܫܰܝܠܐ ܐܘ ܐܰܕܰܝ: ܐܰܝܟܐ ܝܰܠܝܦܰܬ ܗܳܠܰܢܕܳܝܐ؟
ܟܳܡܦܰܢܶܐ ܐܘ ܐܰܕܰܝ: ܐܳܢܐ ܣܬܶܐ ܟ݂ܳܬ݂ܰܟ݂ ܒܰܕ ܕܰܘܪܶܐ ܕܘ ܠܝܫܳܢܐ ܝܰܠܷܦܢܐ.
ܗܰܬ ܩܰܝ ܟܐܷܒܥܰܬ ܝܷܠܦܰܬ ܣܘܪܰܝܬ؟ ܟܳܡܫܰܝܰܠ ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܠܝ ܟܰܪܝܢ.
ܗܝܝܰܐ ܟܐܷܡܡܐ: ܥܰܠ ܕܟܷܬܠܝ ܚܰܘܪܳܢܶܐ ܣܘܪܝܳܝܶܐ، ܟܐܷܒܥܳܢܐ ܦܷܗܡܰܢܢܶܗ ܐܝܢܰܩܠܰܐ ܕܗܳܘܝܢܰܐ ܥܰܡ ܚܕ݂ܳܕ݂ܶܐ.
ܡܰܪܬܰܐ ܝܳܠܘܦܬܐ ܣܘܪܝܰܝܬܐ ܝܐ. ܐܘ ܐܰܕܰܝ ܟܳܡܫܰܝܶܠܰܗ: ܗܰܬ ܩܰܝ ܟܐܷܒܥܰܬ ܝܷܠܦܰܬ ܣܘܪܰܝܬ؟
ܗܝܝܰܐ ܟܐܷܡܡܐ: ܥܰܠ ܕܟܷܬܝܐ ܐܘ ܠܝܫܳܢܰܝܕܝ.
ܐܘ ܠܝܫܳܢܰܝܕ݂ܝ ܦܰܠܩܐ ܡܝ ܗܝـܝܘܬܰܝܕ݂ܝ ܝܐ.
ܒܷܬ݂ܷܪ ܚܰܐ ܡܷܢ ܕܝܳܠܰܦ ܛܰܘܘܐ ܝܐ.
ܟܐܷܡܡܝ: ܐܘ ܝܘܠܦܳܢܐ ܐܘ ܒܰܗܪܐ ܕܰܬ ܬܪܶܐ ܝܐ.
Malfono Aday Aday l'enseignant
U Aday mkamele u dawro šarwoyo du lišono Holandoyo meqëm d cowad. Aday a fini le cours débutant de néerlandais avant de travailler.
Bu dawrano yalëf aydarbo mawḏac ruḥe w aydarbo obe w šoqal cam an noše. Dans ce cours, il a appris comment se présenter et comment discuter avec les gens.
Yalëf ste ġalabe xabre di madrašto xud: qanyo, daftar, kṯowo, luḥo, laḥayto, malfono, sëdro, čanṭa, ṭëbliṯo, qrayto, kṯawto, hërgo, durošo w ġer. Il a appris beaucoup de mots de l’école comme : crayon, cahier, livre, tableau, gomme, enseignant, classe, sac, table, lecture, écriture, leçon, exercice et d’autres.
Bëṯër me d qadër maxlaṣ ruḥe bu lišono Holandoyo, mšarele d korax cal cwodo di malfonuṯo. Après qu’il a réussi à se débrouiller en néerlandais, il a commencé à chercher un travail d’enseignant.
Ucdo u Aday malfono yo. Komolaf Surayt b madrašto Holandayto. Këtle yolufe Holandoye w Suryoye. Maintenant, Aday est enseignant. Il enseigne le surayt dans une école néerlandaise. Il a des élèves néerlandais et syriaques.
Cam u zabno u Aday komaqwe u lišonayḏe u Holandoyo. Frëšle le bi šabṯo yawmo dilonoyo lu ylofo du lišono Holandoyo. Avec le temps, Aday a amélioré son néerlandais. Il s’est fixé dans la semaine un jour défini pour apprendre le néerlandais.
Ġalabe kore bu zabno du hërgo kowe mamlo bayn day yolufe w du malfono. Souvent, pendant le cours, il y a des discussions entre les élèves et l’enseignant.
Karin ḥḏo may yolufe Holandoye yo. Karin est l’une des élèves néerlandaises.
Komšaylo u Aday: Ayko yalifat Holandoyo?“ Elle demande à Aday: « Où as-tu appris le néerlandais? »
Komfane u Aday: Ono ste xoṯax bad dawre du lišono yalëfno. Aday répond: « Moi aussi, comme toi, je l’ai appris aux cours de langue.
Hat qay këbcat yëlfat Surayt?”, komšayal u Aday li Karin. Toi, pourquoi veux-tu apprendre le Surayt ? », demande Aday à Karin.
Hiya këmmo: Cal d këtli ḥawrone Suryoye, këbcono fëhmanne inaqla d howina cam ḥḏoḏe.“ Elle répond: « Car j’ai des amis syriaques. Je veux les comprendre quand nous sommes ensemble »
Marta yolufto Suryayto yo. U Aday komšayela: Hat qay këbcat yëlfat Surayt? Marta est une élève syriaque. Aday lui demande: «Toi, pourquoi veux-tu apprendre le surayt? »
Hiya këmmo: Cal d këtyo u lišonayḏi. Elle répond: «Parce que c’est ma langue.
U lišonayḏi falqo mi hiyuṯayḏi yo. Ma langue est une partie de mon identité.
Bëṯër ḥa mën d yolaf ṭawwo yo. En plus, quoi qu’on apprenne, c’est toujours bien.
Këmmi u yulfono u bahro dat tre yo. On dit: «La connaissance est la deuxième lumière.»