L'écran d'édition a besoin d'au moins 450 pixels en horizontal. Veuillez faire tourner votre écran ou utiliser un écran plus grand.

Le surayt en écriture syriaque (araméenne)

1. Les lettres syriaques (araméennes)

L’écriture syriaque (araméenne) est contituée de 22 lettres qui n’expriment que des consonnes. Les voyelles seront exprimées au moyen de signes spéciaux que nous verrons dans la leçon 2. Les lettres ont chacune un nom dont la première consonne en rend le son.

L’écriture syriaque (araméenne) s’écrit de droite à gauche. Elle ne distingue pas entre majuscules et minuscules.

Nom Son Lettre
Olaf - ܐ
Beṯ b ܒ
Gomal g ܓ
Dolaḏ d ܕ
He h ܗ
Waw w ܘ
Zay z ܙ
Ḥeṯ ܚ
Ṭeṯ ܛ
Yuḏ y ܝ
Kof k ܟܟ
Lomaḏ l ܠ
Mim m ܡ
Nun n ܢܢ
Semkaṯ s ܣ
Ce c ܥ
Fe f ܦ
Ṣode ܨ
Qof q ܩ
Riš r ܪ
Šin š ܫ
Taw t ܬ

2. La double prononciation des lettres b ܒ / g ܓ / d ܕ / k ܟـ / f ܦ / t ܬ
En syriaque classique, les lettres – b ܒ / g ܓ / d ܕ / k ܟـ / f ܦ / t ܬ – ont deux prononciations différentes en fonction de leur place dans le mot. Ces différences de prononciation sont marquées par un point en-dessous de la lettre pour la prononciation dite « douce » et par un point au-dessus pour la prononciation dite « dure ».

ܒ   ܒ݁= b bayto maison ܒ݁ܰ‍ܝܬܐ
 ܒ݂= ḇ qaro (=qavro) tombe ܩܰ‍ܒ̣‍ܪܐ
         
ܓ   ܓ݁= g gubo puits ܓ̇‍ܘܒܐ
 ܓ݂= ḡ relo (=reġlo) pied ܪܶܓ݂‍ܠܐ
         
ܕ  ܕ݁= d dayro monastère ܕܰ݁ܝܪܐ
 ܕ݂= ḏ io main ܐܝ‍ܕ݂‍‌ܐ
         
ܟ  ܟ݁= k burko genou ܒܘܪܟ݁‍ܐ
 ܟ݂= ḵ salo (=saxlo) sot ܣܰ‍ܟ݂‍ܠܐ
         
ܦ  ܦ݁= p pardayso paradis ܦܰ݁‍ܪܕܰܝܣܐ
 ܦ݂= p̄ rašo (=rafšo) pelle ܪܰܦ‍ܫܐ
         
ܬ  ܬ݁= t talgo neige ܬ݁ܰܠܓܐ
 ܬ݂= ṯ melo parole ܡܶܠܬ‍݂ܐ

En syriaque occidental (kṯobonoyo), sur lequel se base notre convention d’écriture, cette règle pour le beṯ ܒ et le pe ܦ n’est plus appliquée. Beṯ ܒ exprime toujours un /b/ et Pe ܦ toujours un /f/:

 ܒ= b bayto maison ܒܰ‍ܝܬܐ
qabro tombe ܩܰ‍ܒ‍ܪܐ
       
 ܦ= f fardayso paradis ܦܰ‍ܪܕܰܝܣܐ
rafšo pelle ܪܰܦ‍ܫܐ

C’est pourquoi, en surayt, le ܦ ne prendra pas de point quand il est prononcé /f/. Quand il sera prononcé /p/, on marquera le ܦ d’un point au-dessus (ܦ݁) . Nous pouvons donc nous passer de noter le point en dessous ܦ = /f/.

plan plan ܦ݁‍ܠܰܢ
femo bouche ܦܶ‍ܡܐ

De même, le beṯ ܒ notant le son /b/ ne sera pas marqué. Dans le cas où il exprime un /v/, le beṯ sera marqué d’un point en-dessous ܒ݂ en surayt. 

bayto maison ܒܰ‍ܝܬܐ
villa villa ܒ݂‍ܝܠܠܰܐ

Ce qui était exprimé par un beṯ avec un point en-dessous en syriaque classique (ܒ݂) a fini par se confondre avec le waw (ܘ) en surayt et sera donc écrit au moyen d’un waw (ܘ):

  syriaque surayt
or daho ܕܰܗܒ݂‍ܐ dahwo ܕܰܗܘܐ
tombe qaro ܩܰ‍ܒ݂‍ܪܐ qawro ܩܰ‍ܘܪܐ
livre kṯoo ܟܬܳ‍‍ܒ݂‍ܐ kṯowo ܟܬ݂ܳܘܐ

Dans l’alphabet du surayt, une lettre sera affectée à chaque son. De ce fait, les différents sons des lettres BGDKPT seront considérés comme des consonnes à part entière. Pour éviter de devoir marquer les deux prononciations, seules les prononciations « douces » des BGDKPT seront notées par un point en-dessous (à l’exception du p ܦ݁).

De plus, le surayt a des sons qui n’ont pas d'équivalents en syriaque. Pour exprimer ces sons, certaines lettres ont dû être modifiées et introduites dans l’alphabet. Les voici:

Čč čanṭa sac ܫ̰ܰܢܛܰܐ ܫ̰
Jj jazwe cafetière ܔܰܙܘܶܐ ܔ
Žž žäbaše pastèque ܙ̰ܱܒܰܫܶܐ ܙ̰

L’alphabet du surayt a donc 9 lettres en plus que celui du syriaque (araméen d’Édesse).